we sign it - DES MOYENS POUR LES ÉCOLES DE MUSIQUE, DANSE, THÉÂTRE, RYTHMIQUE À GENÈVE

DES MOYENS POUR LES ÉCOLES DE MUSIQUE, DANSE, THÉÂTRE, RYTHMIQUE À GENÈVE

PÉTITION ADRESSÉE AU GRAND CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE

L'Etat de Genève a fait le choix à l'unanimité du Grand Conseil de déléguer l'enseignement artistique de base à des écoles accréditées, réunies au sein de la Confédération des écoles genevoises de musique, rythmique, danse, théâtre (CEGM).

Les missions de ces écoles sont larges et vont de l'enseignement de base à la formation préprofessionnelle des artistes de demain. De nombreux projets ont lieu dans tout le canton de Genève et touchent tous les milieux sociaux. L'enseignement prodigué a été reconnu comme ayant un rôle de premier plan – bien au-delà du loisir – pour les jeunes du canton. Aujourd'hui cette prestation à la population concerne 10'000 jeunes âgés de 4 à 25 ans.

La qualité de l'enseignement proposé par nos institutions est reconnue par l'Etat (certifications, accréditations) : les enseignants sont diplômés au niveau Master, suivent des formations tout au long de leur carrière et maintiennent un haut niveau de pratique artistique nécessaire à l'accomplissement de leurs missions.

Le projet de budget 2016 prévoit jusqu'à 5 % de coupe budgétaire pour ces écoles, alors que la qualité des prestations à la population a déjà pâti des coupes cumulées de près de 3% des années précédentes.

En outre, l’harmonisation salariale qui avait été prévue entre les différentes écoles a été suspendue bien que la Commission des Finances ait reconnu que cette disparité était plus que problématique.
 
De surcroît, cette même Commission des Finances étudie actuellement un projet d'économie concernant ces écoles qui toucherait directement la rémunération des enseignants : ceux-ci perdraient jusqu'à 22 % de salaire si ce projet était adopté !

La méconnaissance des réalités du travail des professeurs de l'enseignement artistique délégué et de tout le contexte éducatif qui entoure l'heure de cours (préparations, auditions, projets, prestations publiques, etc.) a mené certains députés à vouloir réaliser des économies sur le temps de travail de ces enseignants.

Ces mesures purement comptables mettraient en péril la qualité de l'enseignement artistique proposé actuellement et donc les prestation fournies aux élèves.

Les jeunes du canton méritent une éducation artistique de qualité, nos écoles des moyens pour la réaliser et leurs enseignants des conditions de travail reconnues, signez la pétition !


LES SIGNATAIRES DEMANDENT AU GRAND CONSEIL DE LA RÉPUBLIQUE ET CANTON DE GENÈVE :

- Le maintien des subventions aux écoles de la CEGM à hauteur des années précédentes ;

- Le respect de la bonne gestion du travail des enseignants qui garantit la qualité des pratiques artistiques ;

- La poursuite du processus d’harmonisation salariale.

 

Signer

Diffusez auprès de votre entourage